LOUETTE-SAINT-PIERRE   6-011
CHEMIN DE LOUETTE SAINT-PIERRE A LINCHAMPS
CHEMIN SAINT JEAN

Photo A : Prolongation du chemin 3-012, (HERDAL DE LOUETTE) de l'enclave de GEDINNE et croisement avec le chemin 6-012, (SARTAY BAYARD)
au BAN NOTRE-DAME ou BAN DE SAINTE-MARIE.
A l'origine le chemin faisait 3,00 m. de large et 3.094,00 m. de long pour une surface de 1ha 85a 22ca.
Actuellement il fait 3,00 m. de large et 3.200,00 m. de long avec une dénivelée de -85,00 m.


LE BAN NOTRE-DAME

Le BAN NOTRE-DAME est situé aux confins du duché de Bouillon et du duché de Luxembourg, il s'agit d'un terroir de grande étendue, un bois de
haute futaie presque tous hêtres et  charmes,  faisant  partie du  Domaine des archiducs  Albert et Isabelle qui en 1609 ordonnèrent l'inventaire de
leurs propriétés. Et entre autres du bois du Ban Notre-Dame, grevé de droits d'usage au profit des sujets aisanciers d'Orchimont,  Nafraiture, Sart-
Custinne,  Louette Saint-Pierre,  Houdremont,  Louette Saint-Denis,  Gedinne,  Malvoisin,  Patignies.  La propriété du Ban Notre-Dame n'étant pas
clairement définie des négociations eurent lieu et en 1614 la décision fut prise de commun accord avec le seigneur de Gedinne de se partager par
moitié l'étendue du bois.  A l'occasion du partage un plan d'ensemble daté de juillet 1614 fut levé par des mesureurs. Le Ban Notre-Dame fit l'objet
d'autres partages et transactions,  notamment en 1623,  1739 et 1768 quand il fut partagé entre les différentes communes ce qui créa l'appellation
nouvelle Bois des Petits Villages ou  Hés des Petits Villages.  Il est intéressant de noter que sur la Carte figurative de 1619 figurent déjà, avec une
relative précision, tous les chemins qui seront repris 220 années plus tard dans l'Atlas de 1841.
(Archives du royaume Bruxelles, nos 1988, et 7190).

   

Photos D-E : Départ à droite d'un tronçon restant du chemin 6-015, (DES TAILLES), départ à droite du chemin 6-030, (SCAIRE)

   

L'ERMITAGE DE SAINT-JEAN

Une centaine de mètres avant la frontière française on passe devant ce qui était jadis un ermitage,  mentionné sur d'anciennes cartes comme la
Maison St-Jean (Ferraris, 1778) ou Hermitage St-Jean des He (Cassini, 1789), désigné aussi sous les noms La Solitude Saint-Jean, Saint-Jean
des Hez
, Ermitage Saint-Jean. On ne connaît pas avec certitude la date de fondation de cet ermitage déjà mentionné fin du XIVe siècle dans un
registre de la cure de Gedinne comme Fontaine Saint Jehan. Ce que l'on sait avec certitude c'est que l'ermitage fut fermé le 9 octobre 1764 à la
mort du dernier ermite frère Henri Ponsaert. Un inventaire fut prescrit par le prévôt d'Orchimont et les biens meubles vendus. Il fit établir un plan
d'arpentage désignant terrains et bâtiments,  sur lequel on aperçoit clairement l'agencement des constructions de l'ermitage.  Il figurait aussi sur
le plan de partage du Ban Notre-Dame de 1614.
(Archives du royaume Bruxelles No 1990).



   

L'Ermitage est bien repris sur les cartes de Ferraris et Cassini. Le N°17 sur la carte de Ferraris indique que l'ermitage Saint-Jean faisait
partie de la paroisse de Louette-Saint-Pierre.

   

Après un abandon de plus de 100 ans une maison d'habitation fut construite après 1800 en employant une partie des matériaux de l'ancien ermitage. Au début des années 1850 elle fut habitée par la famille Boucquignaud. Communément appelée la Maison Saint-Jean elle fut occupée à partir de 1894, et ce pendant de nombreuses années par la famille Detrigne, puis louée jusqu'en 1950. Après sa vente en 1956, le nouveau propriétaire Jean Robert Verday la fit raser. C'est toujours la famille Verday qui détient ce qui reste de la propriété Saint-Jean, parcelle C51c. Et ainsi se termina son histoire dont il ne reste que quelques rares photos.
(Revue TCB, 1948, no 19 - Ardenne et Gaume, 1962, XVII, No 4, pp. 140-145; CEHG, N°4, Année 2000, pp.67-110).

   

Et cette ancienne cave voûtée surplombée par un muret de quelques moellons et récemment débroussaillée.

   

L'antique chapelle de  Saint-Jean a disparu,  son emplacement se trouvant sous l'assiette de la route actuelle.  La petite chapelle Saint-Jean qui se trouve
de nos jours à droite de la route aurait été érigée en 1882 par la famille Boucquignaud,  elle n'a donc aucun rapport avec la Chapelle de l'Ermitage disparu.
L'autorisation de construire une chapelle au lieu-dit Ermitage de St Jean près du bois communal dit Tienne del Panne fut donnée en date du 15 juillet 1880
par le conseil communal à Jean-Baptiste Boucquignaud de Louette-Saint-Pierre.
Cent mètres après la chapelle, départ à droite du chemin 6-032, (TAILLE DU CHAT)

   

Photo G : Et un peu plus loin, en France départ à droite de la ROUTE FORESTIÈRE DE LA PAPETERIE montant dans la FORÊT DOMANIALE DE
CHÂTEAU RÉGNAULT
et le BOIS DES HAIES jusqu'à proximité du MARAIS DES ROMARINS et de la CROIX SCAILLE.

   

RETOUR LOUETTE SAINT PIERRE 6-011

Reproduction des photos, cartes et pages web interdite sans autorisation de l'auteur
Copyright ©2012-2018 - Web Site Development: JPC